L G P CNRS
Environnements Quaternaires et Actuels - UMR 8591

              

Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1 Nom tutelle 1

notre labex

Nom tutelle 2

notre partenaire

Nom tutelle 2

LGP Facebook-twitter

Nom tutelle 2 Nom tutelle 2

Rechercher




Accueil > Thèmes de recherche > Anthropisation, gestion des milieux et dynamiques paysagères

Actualité

publié le , mis à jour le

10 mai 2019 - Naachtun Petén-Norte - projet archéologique franco-guatémaltèque 2019-2022

Les travaux de terrain de la campagne 2019 ont été réalisés dans le cadre du projet archéologique franco-guatémaltèque Naachtun Petén-Norte 2019-2022. Les travaux du volet environnement du projet sont le fruit d’une collaboration entre les chercheurs du Laboratoire de Géographie Physique (LGP, UMR 8591), du laboratoire Archéologie des Amériques (ARCHAM, UMR 8096) et du laboratoire Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM, UMR 7264). Ils sont soutenus par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, le CNRS, la fondation Pacunam, la compagnie Perenco, la fondation Cino del Duca, le LabEx DynamiTe (ANR-11-LABX-0046) et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Dans le cœur des Basses Terres Mayas, les récentes découvertes faites grâce à l’étude croisée de la couverture LiDAR (Light Detection And Ranging) et des archives sédimentaires (Canuto et al. 2018 ; https://news.cnrs.fr/articles/ancient-maya-resource-management-revealed ; https://www.youtube.com/watch?v=d8Gt0XcoPMM) ont ouvert de nouvelles perspectives relatives à la connaissance des dynamiques environnementales et socio-environnementales passées et des enjeux qui leur sont associés. Désormais, il devient possible de reconstituer et d’analyser les modalités d’aménagement du territoire, de la gestion des ressources et des risques encourus par les populations de l’hinterland de Naachtun, une cité régionale maya de la période Classique.
Dans cette perspective, la contribution du Laboratoire de Géographie Physique à la mission de terrain 2019 s’est inscrite dans une phase de contrôle terrain des structures identifiées préalablement à l’aide de l’analyse LiDAR, structures liées à la gestion des ressources et des risques (réservoirs d’eau, canaux, digues, champs drainés et surélevés (wetland features), terrasses, parcellaires, …). Ce travail a été doublé d’une évaluation de l’archivage sédimentaire, au sein de ces structures et en marge de ces structures, en termes de potentiel de reconstitution des paléo-milieux et des interactions sociétés-milieux.


Retrouvez le reportage de la journaliste B. Arnaud portant sur cette mission de terrain 2019, intitulé « Sur la piste des Mayas », dans le magazine Sciences et Avenir n°869, sorti le 27 juin 2019. https://www.sciencesetavenir.fr/videos/sur-la-piste-des-mayas_zp55lk
Référence bibliographique
CANUTO M-A., ESTRADA-BELLI F., GARRISON T. G., HOUSTON S-D., ACUNA M-J., KOVAC M., MARKEN D., NONDEDEO P., AULD-THOMAS L., CASTANET C., CHATELAIN D., CHIRIBOGA C-R., DRAPELA T., LIESKOVSKY T., TOKOVININE A., VELASQUEZ A., FERNANDEZ-DIAZ J-C., SHRESTHA R. , (2018) , Ancient lowland Maya complexity as revealed by airborne laser scanning of northern Guatemala , Science , 361 , 6409 , doi:10.1126/science.aau0137

10 mai 2019 - delta du Fleuve Rouge (Sông Hồng - Nord du Vietnam)

Une mission de terrain a été effectuée en avril 2019 dans le delta du Fleuve Rouge (Sông Hồng) dans le Nord du Vietnam, en aval d’Hanoi. Ces recherches sont réalisées en collaboration avec l’Institut d’Archéologie du Vietnam et l’Australian National University, College of Asia & the Pacific Vietnamese studies de Canberra dans le cadre du programme de recherche international « Living in a Time of Stress : Tipping Points, Adaptation and Collapse in the Indo-Pacific World, Post-1000 » (Linkage Project financé par l’Australian Research Council).


L’objectif de cette mission consistait à évaluer le potentiel paléohydrologique des « archives » sédimentaires dans la province de Hưng Yên afin de reconstituer les migrations du fleuve durant le dernier millénaire. En effet, l’étude des vestiges archéologiques ainsi que l’analyse des sources écrites par nos collèges ont permis de localiser de nombreux sites occupés à l’époque historique dont certains avaient une fonction portuaire. Or, une approche paléoenvironnementale à partir des « archives » sédimentaires dans une perceptive de reconstitution des anciens tracés du fleuve n’avait jamais été entreprise jusqu’alors. Cette mission a permis d’effectuer de nombreux carottages et de prélever des échantillons dont la datation permettra de mieux connaitre l’histoire du fleuve et d’éclairer les stratégies d’occupation de l’espace par les sociétés. (Anaëlle VAYSSIERE)

7 mai 2019 - montagnes du Rhodopes et plaine de Thrace supérieure (Bulgarie)

Une mission de terrain a été réalisée au mois d’avril dans les montagnes du Rhodopes et dans la plaine de Thrace supérieure (Bulgarie). Ces recherches paléoenvironnementales sont effectuées en collaboration avec le laboratoire ArScAn de Nanterre et l’Université St Kliment Ohridski de Sofia dans le cadre du projet « Dynamiques environnementales et visibilité des sites archéologiques du 7e au 2e millénaire av. J.-C. dans le sud des Balkans (Grèce du Nord et Sud de la Bulgarie) » financé par le LabEx DynamiTe.


L’objectif du projet est de renseigner, à partir des archives sédimentaires, les changements environnementaux et climatiques qui ont pu affecter les populations au cours des périodes culturelles du Néolithique jusqu’à l’Age du Bronze. Ce projet s’inscrit dans un contexte régional où la richesse des informations archéologiques et la forte densité de sites ont permis de bien caractériser les cultures successives et leurs interactions. En revanche, les changements des conditions paléoenvironnementales contemporaines à ces périodes demeurent méconnus. L’approche géo-archéologique et pluridisciplinaire adoptée vise donc à mieux comprendre les effets de ces changements sur les sociétés humaines. (Arthur GLAIS)

8 avril 2019 - désert de Sechura (Pérou)

Une mission de terrain sera réalisée au mois de mai par les chercheurs du LGP dans l’extrémité septentrionale du désert de Sechura (Pérou). Ces recherches sont effectuées en collaboration avec le laboratoire ArchAm, l’Université Jean-Moulin Lyon 3 et le Muséum national d’Histoire naturelle dans le cadre du projet PESCA - Pérou Environnement Sociétés Climat Archéologie financé par le LabEx DynamiTe.


L’objectif du projet est d’entreprendre une nouvelle approche pluridisciplinaire dans ce secteur peu connu de la côte péruvienne pour reconstituer les changements environnementaux et climatiques qui l’ont affecté durant les deux derniers millénaires ; ceci afin de comprendre les effets de ces changements sur les sociétés humaines. (Valentina VILLA)